FoodMeUp : piloter et rentabiliser en un clic (ou presque)

FoodMeUp-foodtech

Piloter sa production en un clic et connaître la rentabilité d’une recette de cuisine, vous l’avez rêvé ? FoodMeUp l’a fait ! Aujourd’hui, coup de projecteur sur cette startup que vous pouvez retrouver au Smart Food Paris et qui a décidé de rationaliser et de simplifier la gestion de la production des professionnels de la gastronomie.

Difficile pour les professionnels des métiers de bouche de calculer la rentabilité de leurs recettes pour pouvoir en tirer profit. C’est ce qu’a pu expérimenter Sébastien Vassaux, anciennement Consultant en stratégie, quand il s’est reconverti dans la pâtisserie. C’est fort de cette expérience qu’il a lancé FoodMeUp, le premier site web de gestion des fiches techniques de recettes et de pilotage de la production pour les pro de la gastronomie. Fini les feuilles Excel et les calculs à répétition : sur cette plateforme, chaque ingrédient est répertorié par l’utilisateur pour composer des sous recettes (pâtes, glaçages, fourrages…) qui viendront elles mêmes composer des recettes. Résultat : le coût de revient apparaît précisément. Et si le coût d’un ingrédient est mis à jour, le prix est répercuté automatiquement sur l’ensemble.

FoodMeUp, c’est aussi une solution de pilotage avec la possibilité de suivre sa marge brute jour après jour. On peut piloter ses stocks et générer des listes automatiques d’ingrédients à commander. En bref, un outil tout en un qui centralise les principales préoccupations des pro du secteur et simplifie leur gestion.

Un contexte très favorable

FoodMeUp a été lancée dans un contexte qui ne pouvait qu’accueillir à bras ouverts une telle solution : peu de concurrents et une situation économique qui fait sonner « rentabilité » comme un mot magique.

Peu de concurrents

FoodMeUp, est arrivé sur un marché quasi vierge de tout concurrent. Sébastien Vassaux l’a vite compris pendant son CAP de pâtisserie. Ainsi raconte-t-il sur Les Gourmands 2.0 la réaction du directeur de son école de pâtisserie lorsqu’il lui a présenté ses calculs de rentabilité des produits, à l’époque sur Excel : « [il] a écarquillé les yeux car c’est la première fois qu’il voyait le travail d’un consultant appliqué à son industrie, avec notamment le calcul des marges nettes des produits (aucun logiciel ne le fait, même pas les gros ERP spécialisés)« . Moins de deux ans plus tard, la startup propose une solution très ergonomique, claire et facile d’utilisation là où les alternatives actuelles sont plus difficiles à prendre en main et/ou  pas spécialement adaptées à de petites affaires.

Un contexte business difficile dans les métiers de bouches

Des réglementations plus sévères, un contexte économique difficile : la solution de FoodMeUp tombe à pic. Déjà parce qu’elle propose un moyen simple de tirer profit de ses recettes : il est possible de calculer au centime près le prix de revient d’une tarte aux pommes ou d’un plat et donc de calculer sa marge en conséquence. Et tout ceci, sans être un pro de l’informatique, d’Excel ou même un matheux avertis. Le rêve pour un professionnel qui peut alors consacrer son temps à son coeur de métier. Encore mieux : la solution intègre des mises à jour par rapport aux réglementations en vigueur. Un gros gain de temps et de sécurité pour les professionnels.

Nouveautés à venir fin 2016 – début 2017

FoodMeUp propose régulièrement des évolutions sur sa plateforme en fonction des retours des professionnels qui l’utilisent et des évolutions législatives. Fin décembre 2016, une amélioration majeure de l’interface et des recettes verra donc le jour pour être encore plus ergonomique et claire. Pour suivre les obligations légales auxquelles sont soumis les professionnels de la gastronomie, la base d’ingrédients sera enrichie des données nutritionnelles et des allergènes et enfin, parce que le consommateurs est de plus en plus attentif aux valeurs nutritionnelles de ce qu’il mange, ces dernières remonteront automatiquement dans les recettes.

Pour commencer l’année en beauté, janvier et février verront aussi leur lot de nouveautés apparaître avec la création d’un module d’édition d’étiquettes suivant la nouvelle réglementation européenne (n°1169/2011 dit INCO) qui comprendra les allergènes, la valeur nutritionnelle et la composition en % d’aliments d’un produit.

Le principal défi ? Digitaliser la restauration !

Tout séduisant que soit le concept, FoodMeUp rencontre pourtant un défi de taille et que nous abordons largement dans ce blog : celui de la digitalisation dans les milieux des métiers de bouche et de la restauration, assez rétifs quant à la transformation numérique. Lors d’une conférence récente, je posais la question des personnes en marge de cette transformation en citant l’exemple des métiers de bouche. L’un des intervenants me répondait « Si on démontre l’utilité, le fait que la digitalisation fait gagner du temps et améliore le quotidien, personne n’est réticent à y souscrire, quelle que soit son âge ou sa profession ». Aujourd’hui, il faut convaincre un chef, un boulanger, un pâtissier, un traiteur que FoodMeUp peut lui permettre d’optimiser sa production en temps et en coûts. Il faut expliquer à ces professionnels pressés que FoodMeUp, c’est un investissement en temps, puisqu’il faut enregistrer ses recettes, mais qu’ils s’y retrouveront par la suite. Et surtout, créer cette nouvelle habitude : celle de se référer à un outil en ligne pour travailler sur les divers aspects de la production : fiches techniques, planification, gestion des stocks, suivi de la rentabilité, etc.

Le site : www.foodmeup.io

La vidéo explicative 

Pour les contacter, c’est ici

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *