Rencontre avec Maud Argaïbi, photographe culinaire

photo culinaire

“Les photos culinaires doivent être gourmandes, vivantes, et faire saliver”

L’image a une place centrale dans la communication d’un restaurant. Aujourd’hui, on rencontre Maud Argaïbi. Photographe culinaire, elle a bien voulu nous laisser quelques conseils pour prendre vos plus belles assiettes en photo !

Maud Argaibi portrait photo culinaire
©Maud Argaïbi

Bonjour, pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

Je m’appelle Maud Argaïbi, j’ai 31 ans et je suis photographe culinaire à Paris dans le 18 ème arrondissement au sein de mon propre studio photo.

Pourquoi est-ce si important de communiquer sur ses plats avec de beaux visuels ?

Le but principal de mon métier est mettre en valeur les plats et les recettes pour inciter les clients des restaurants ou des marques à les consommer. Les photos culinaires doivent être gourmandes, vivantes, et faire saliver. Une mauvaise photo sur une carte ou sur un site internet pourrait avoir l’effet contraire. Selon moi, si le restaurateur souhaite intégrer des images à sa communication, il faut quelles soient parfaites : bien éclairées, bien cadrées, et parfaitement mises en scène. De nos jours les photos culinaires sont partout, sur les packagings, dans les magazines, dans la pub et surtout elles sont extrêmement belles. De ce fait, si les photos des restaurateurs ne sont pas au même niveau, les consommateurs se détourneront de leur établissement.

 Quelles sont les principales difficultés dans votre métier ?

Je n’appellerais pas cela une difficulté, cependant le plus long et le plus important est de savoir bien gérer la lumière. Une belle photo est souvent synonyme d’une belle lumière. Certains photographes travaillent à la lumière du jour mais ce n’est pas mon cas. Pour plus d’efficacité et de régularité je travaille presque toujours avec des flashs studio que je transporte au besoin chez mes clients.

Profiteroles Maud Argaibi photo culinaire
©Maud Argaïbi

Quels conseils donneriez-vous à un photographe culinaire amateur ?

Tout d’abord, je lui conseillerais d’acquérir un bon appareil photoréflex numérique. Ensuite, sans flashs professionnels, je lui conseillerais de photographier à côté d’une fenêtre en milieu de journée et de ne jamais utiliser le petit flash intégré de l’appareil qui éclaire de face et ne convient pas aux photos culinaires.

Risotto bourguignon maud argaibi photo culinaire
©Maud Argaïbi

Qu’est ce que vous préférez dans votre métier ?

Ce que j’aime particulièrement c’est de réussir à sublimer un plat ou un produit qui n’était pas forcément beau au départ. J’aime aussi créer des ambiances complètes en partant de rien. Cela se fait souvent en travaillant avec des stylistes culinaires et c’est aussi ce qui j’apprécie. Travailler en binôme est très motivant et beaucoup plus créatif !

Enfin, question traditionnelle : quel est votre plat préféré et bonus, le plat que vous préférez photographier ?

Je suis assez classique en ce qui concerne mes goûts en cuisine. J’aime énormément les plats de viande en sauce comme l’osso-buco, le tajine aux olives marocain ou bien le curry thaï. Peu importe la culture mais la sauce et les saveurs avant tout.

Pour la photographie, je préfère photographier les plats colorés comme les salades, les légumes ou la pâtisserie.

 

Le travail de Maud vous intéresse ?

Rendez-vous sur son site : maudargaibi.fr

… Et sur les réseaux sociaux ! Pinterest, Twitter et Facebook.

Les photos de cet article, à l’exception de l’image à la une, sont la propriété de Maud Argaïbi. Il est formellement interdit d’en faire usage sans son autorisation préalable.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *